« Les appels à la prière étaient presque toujours suivis d’appels à détruire les juifs et les infidèles »

Nonie Darwish explique comment le caractère profondément malsain, inégalitaire, envieux des relations entre les hommes et les femmes dans le monde arabe détruit toute possibilité de relation de confiance. Comment ces déséquilibres imprègnent les sociétés de jalousie, de dissimulation, du risque omniprésent de la honte, de l’humiliation et de la nécessité compulsive de la vengeance.

L’auteur expose le fatalisme et l’absence totale de sens des responsabilités qui en découlent. « Dans notre culture, ceux qui admettent une faute, même non intentionnelle, sont considérés comme naïfs ou stupides ».

Elle expose la façon dont, dès son plus jeune âge, on lui a enseigné le djihad : « Dans le monde arabe, la signification du mot djihad est très claire : c’est une guerre sainte contre les infidèles, une lutte armée contre quiconque n’est pas musulman. C’est un combat au nom d’Allah, destiné à promouvoir la domination planétaire de l’islam ». Et Darwish souligne que l’appel au djihad n’était pas séparé de la pratique religieuse : « Les appels à la prière étaient presque toujours suivis d’appels à détruire les juifs et les infidèles ». [texte complet]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :